Modernité Est-Ouest : Hilbig et (toute) la modernité

Le projet porte sur l’histoire de la modernité, en particulier en littérature, dans la seconde moitié du 20e siècle dans l’espace germanophone. Par les termes « Modernité Est-Ouest », on fait l’hypothèse d'une modernité qui aurait partagé des références et une histoire avant de se scinder à partir des années 1950 ou 1960, le résultat étant que cette modernité apparaîtrait comme l’apanage de l’Ouest, l’Est restant « en retard », ce qui conduisit pour une large part à reléguer au second plan, ou en tout cas à ne percevoir que partiellement et partialement l’héritage littéraire et artistique à l’Est. Il s'agira d'explorer ce moment de divergence et ses suites : la communauté de départ conduit-elle à la confrontation de deux modernités ou bien serait-il plus juste de considérer que l’hégémonie occidentale revendique pour elle seule à partir des années 1950-60 le monopole de la modernité ? Pour étudier ce phénomène, la littérature de RDA sera prise comme « témoin » (dans plusieurs sens du terme) et, dans cette littérature, la figure de l’écrivain Wolfgang Hilbig (1941-2007) comme « sismographe » ; Hilbig étant emblématique pour des raisons générationnelles et de par les multiples décalages que présentent son oeuvre et sa biographie par rapport aux classifications qui dominent dans l’histoire littéraire, il sera pris comme point focal.

Organisation

Bernard

Etablissements

Éablissement organisateur
Sorbonne Université - Lettres - Université Paris-Sorbonne
Établissements partenaires
Deutsches Literaturarchiv, Friedrich-Schiller-Universität Jena, Université de Nantes
Période

Bilan scientifique