Le GIP CIERA | CIERA
Accueil

Vous êtes ici

Le GIP CIERA

Qu’est-ce que le CIERA ?
Les établissements membres du CIERA ?
Le CIERA à votre service
Comment fonctionne le CIERA ?
Historique

Qu’est-ce que le CIERA ?

Le CIERA est un groupement d’intérêt public (GIP) associant douze des plus grands établissements français d’enseignement supérieur et de recherche en sciences humaines et sociales. Il bénéficie du soutien du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, et de celui du DAAD (Deutscher Akademischer Austauschdienst). Le CIERA est une structure légère qui initie et coordonne une part importante des programmes franco-allemands d’aide aux chercheurs débutants et confirmés. Né d’une décision politique prise en 1997 par les gouvernements français et allemand, il a été inauguré en 2001. Depuis lors, il est renouvelé régulièrement – en 2015, il a ainsi été prolongé pour dix ans.

Le CIERA a pour objectif de favoriser la mobilité vers l’Allemagne et les pays germanophones, la coopération scientifique avec les institutions et les chercheurs de langue allemande, ainsi que les recherches sur l’histoire et la société allemandes sans exclure aucune thématique (droit, culture, politique, espace, etc.). Il promeut en particulier la formation à la recherche afin d’encourager le travail avec et sur l’Allemagne à partir du master. Le CIERA n’offre pas de contrats doctoraux ou de financements de projets du format ANR, mais bien des mobilités et des encouragements à la mise en réseau, ainsi qu’un programme pédagogique original.

Plus généralement, le CIERA promeut une certaine idée de l’internationalisation de la recherche. Inscrire les sciences humaines et sociales dans un horizon global ne signifie pas seulement parler anglais. C’est avant tout comprendre ce que parler en scientifique veut dire – un langage toujours situé, mais pour une compréhension universelle. Notre conviction est que le travail approfondi sur, et avec, un terrain étranger, une tradition scientifique étrangère, une conception étrangère des concepts, des méthodes et des disciplines, est la meilleure façon d’acquérir sur soi-même un regard distancié et d’accéder à une véritable dimension internationale. Parce qu’elles sont si proches et si différentes – en termes de traditions scientifiques aussi – l’Allemagne et la France offrent un laboratoire exceptionnel pour faire de l’internationalisation un levier réflexif.

Le CIERA n’est donc pas seulement un lieu qui ouvre vers l’Allemagne ; il est en même temps un passage vers l’interdisciplinarité, vers une compréhension plus grande des langages scientifiques – et donc, finalement, aussi une invitation au voyage vers soi-même.

Les établissements membres du CIERA

  • Centre d'information et de recherche sur l'Allemagne contemporaine (CIRAC)
  • École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
  • Ecole normale supérieure (ENS)
  • École normale supérieure de Lyon (ENS Lyon)
  • Institut d'études politiques de Grenoble (IEP)
  • Institut d'études politiques de Paris (IEP) - Sciences po
  • Maison des Sciences de l'Homme (MSH)
  • Université de Cergy-Pontoise
  • Université de Strasbourg
  • Université Lumière-Lyon II
  • Université Panthéon-Sorbonne-Paris I
  • Université Paris-Sorbonne-Paris IV

Le CIERA à votre service

Mastérants, doctorants, jeunes chercheurs, enseignants-chercheurs : il n’est pas nécessaire que vous soyez de purs « germanistes », ni que votre travail porte uniquement sur l’Allemagne, pour que vous vous adressiez à nous.

Que ce soit pour un « terrain » ou des recherches en archives, pour un stage, pour mettre en place une coopération scientifique sur un objet ou un thème commun, pour explorer des collaborations futures ou pour vous initier à l’élaboration d’une rencontre scientifique internationale, les programmes du CIERA ont quelque chose à vous offrir.

Ils ont tous en commun de promouvoir les mobilités, les échanges, la formation par la recherche, les réseaux émergents. Tous, ils sont « légers » – ce n’est pas au CIERA que vous trouverez de quoi financer vos études, ou un programme de recherche concertée de grande taille. En revanche, le CIERA, dans les interstices des gros financements existants, et sans dossiers compliqués à remplir, rend possible le travail concret sur et avec l’Allemagne, et la phase initiale de coopérations plus larges.

Comment fonctionne le CIERA ?

Le CIERA est un réseau de réseaux. Il existe depuis 2001. Plus sur son histoire ici.

Issu d’un accord entre douze institutions universitaires et de recherche, il repose sur leur coopération : l’instance de décision principale du CIERA est donc l’assemblée générale qui rassemble les douze établissements-membres. Sa présidente, Hélène Miard-Delacroix, est également présidente du GIP.

Les douze établissements délèguent également des enseignants-chercheurs pour faire partie du comité de pilotage, qui discute et oriente les actions du CIERA et joue le rôle de comité de sélection pour la plupart de ses programmes.

Enfin, le bureau du CIERA (composé de son directeur, des deux directeurs adjoints et de la secrétaire générale) et son équipe font vivre le CIERA au jour le jour, mettent en œuvre ses grandes orientations et assurent son bon fonctionnement.

Les douze établissements-membres ne résument toutefois pas le CIERA. La plupart de ses programmes sont d’ailleurs ouverts aux étudiants et enseignants-chercheurs d’autres institutions, françaises, allemandes, mais aussi européennes et plus globalement, internationales. Le conseil scientifique, qui évalue et conseille l’activité du CIERA, est issu d’autres établissements. Et tous les étudiants, où qu’ils soient, peuvent s’inscrire au CIERA pour recevoir de manière préférentielle les informations sur ses activités. Il suffit de s’inscrire ici, c’est facile et gratuit.

En outre, le CIERA offre la possibilité de nouer des coopérations avec tous les établissements allemands, sans exclusive. Il travaille en lien étroit avec d’autres institutions favorisant le travail franco-allemand en sciences humaines et sociales, comme le Centre Marc-Bloch, l’Université Franco-Allemande, l’IFRA-SHS de Francfort, l’Institut historique allemand de Paris, la Maison Heinrich-Heine de la Cité universitaire internationale de Paris, l’Institut Goethe de Lyon, et bien d’autres.

Enfin, l’insertion dans le réseau mondial des centres DAAD permet au CIERA de promouvoir d’autant mieux le levier bi-national comme accès à une internationalisation réflexive de la recherche en sciences humaines et sociales.

Historique

Le CIERA est issu d’une volonté politique au plus haut niveau – c’est souvent le cas pour la coopération franco-allemande, et c’est cet exceptionnel investissement institutionnel qui en fait un laboratoire atypique d’internationalisation. En septembre 1997, à Weimar, les gouvernements français et allemand ont signé un accord qui comportait la déclaration suivante :

« Nous pensons qu’il faut encore approfondir la connaissance réciproque des réalités de nos pays. L’ouverture prochaine en France d’un centre d’études et de recherches sur l’Allemagne répond à ce besoin, en contribuant à la formation pluridisciplinaire des futurs spécialistes des réalités allemandes contemporaines ».

Sur cette base, le ministère français et le DAAD allemand se sont mis au travail – plusieurs universitaires français aussi, qui ont proposé différents projets. Le consortium retenu a donné naissance au CIERA, dont la création a été publiée au Journal Officiel du 13 décembre 2001.

Depuis lors, le CIERA a grandi, plusieurs établissements ont rejoint le GIP, c’est-à-dire l’alliance des établissements membres, et le Centre est donc aussi implanté à Strasbourg, Grenoble et Lyon. Le CIERA a déménagé plusieurs fois, il a désormais trouvé un domicile fixe dans la Maison de la recherche de l’université Paris-Sorbonne, récemment rénovée. De renouvellement en renouvellement, le CIERA peut sereinement voir venir son premier quart de siècle ! Car il a fait la preuve de son utilité et, si ses programmes sont en constante adaptation aux besoins, le cœur de son action est resté le même. Son équipe, réunie grâce à l’apport des établissements membres et au budget propre du CIERA, fait vivre notre Centre en assurant son fonctionnement, en animant ses programmes et en faisant vivre ses publications et sa communication – retrouvez-là ici.

Cette réussite est aussi due à la solidité et à l’inspiration de celle et ceux qui ont présidé à la création et à la consolidation du CIERA : Michael Werner, son directeur-fondateur, René Lasserre, son premier président, et Nathalie Faure, sa secrétaire générale. En 2015, les deux premiers ont passé la main, dans l’harmonie, à Christophe Duhamelle, actuel directeur, et Hélène Miard-Delacroix, actuelle présidente. Toujours en 2015, les membres du GIP ont renouvelé pour dix ans la convention qui les lie et le DAAD lui aussi a renouvelé son soutien : l’histoire du CIERA peut continuer ! Pour adresser un amical salut à ses fondateurs, le CIERA a donné leurs noms au programme de bourses de stage « bourses René-Lasserre » et au prix de thèse « prix de thèse du CIERA Michael-Werner ».