You are here

Documents publics, documents privés - classification archivistique ou problème social

En tant qu’historien.ne.s, les organisateurs/trices du colloques ont affaire à la distinction entre documents publics et documents privés de plusieurs manières. Celle qui nous est la plus familière est de nature archivistique. Il s’agit de la différence entre des documents publics, produits ou conservés par l’Etat, et des documents privés, produits par d’autres acteurs sociaux. Une autre distinction, qui entre parfois en contradiction avec la première, concerne l’intention initiale des producteurs/trices du document en question et les accidents de sa diffusion ultérieure. Nous souhaitons dans ce colloque examiner les enjeux de cette distinction en confrontant les problématiques issues des autres sciences humaines et sociales.

Ce colloque rassemble des jeunes chercheurs/euses qui souhaitent construire ensemble une réflexion interdisciplinaire dans un cadre franco-allemand. Les communications proviennent notamment des sciences archivistiques,de l’histoire,  de la sociologie, mais aussi des sciences de l’information et de la communication ainsi que de l’urbanisme.

 Les langues de travail du colloque sont le Français et l’Allemand. Parler parfaitement les deux langues n’est pas indispensable, mais une maîtrise passive sera nécessaire pour pouvoir suivre les débats. Pour simplifier les échanges, et les questions du public un plan détaillé de la présentation ou un powerpoint dans l’autre langue que celle de la présentation ou éventuellement en anglais est fourni par les participant.e.s.

Nous traitons plus spécifiquement les questions suivantes (voir le programme en pièce jointe pour le détail). :

Axe 1 : Enjeux méthodologiques

Le caractère public ou privé des documents pose des question d’accès et de diffusion pour les chercheur.e.s, mais aussi des question en terme de compréhension de la nature des documents utilisés qu’il s’agira de traiter ici. On se demandera ainsi quel traitement réserver à des sources non diffusables sur des terrains sensibles ? Comment utiliser des sources administratives qui traitent de la vie privée d’acteurs subalternes ?

Axe 2 : Cadre juridique et réglementaire

Le deuxième axe concerne la dimension juridique et réglementaire de la classification des documents et de  l’accès à ces derniers. Nous abordons ici la question des corpus d’archives et de la sélection des documents qui y sont conservé ainsi que celle de comprendre comment les journalistes tirent des documents privés dans l’espace public.

Axe 3 : Définition du caractère public ou privé des documents par les acteurs sociaux concernés

Le troisième axe du colloque porte sur la définition du caractère public ou privé de documents par les acteurs sociaux concernés par leur production. Nous cherchons à comprendre quelles normes sociales permettent de comprendre ces décisions et comment elles les éclairent en retour.n

Axe 4 : Evolutions contemporaines liées au numérique

Dans ce quatrième axe, nous souhaitons mettre en question l’influence des évolutions contemporaines, particulièrement autour du numérique sur la distinction entre documents publics et privés. Ainsi, ces dernières années, de nombreuses études ont été menées sur le caractère public ou privés des posts sur les réseaux sociaux et sur les stratégies de mise en scène de soi qui s’y rapportent. Nous nous poserons donc la question suivante : la différence entre documents publics et privés évolue-t-elle en raison de la numérisation ainsi que des demandes sociales croissante en terme de transparence ?

Informations pratiques

Le colloque aura lieu à l’EHESS, au 96 bd Raspail, en salle M. et D. Lombard (RDC droite), de 9h à 17h30. L’accès est possible pour les personnes utilisant un fauteuil roulant.

Pour toute question merci de contacter l’équipe d’organisation à l’adresse suivante :  privepublicjuniorcolloque@gmail.com

Comité d’organisation

  • Nebiha Guiga (doctorante en histoire EHESS-Universität Heidelberg)
  • Theo Müller (doctorant en histoire Universität Heidelberg-EHESS)
  • Felix Schmidt (doctorant en histoire Universität Heidelberg-EHESS)

 

Date

21/09/2018

Délai

12/07/2018