Limites naturelles. Les eaux, forêts et montagnes au miroir de l’espace politique avant 1800

Colloque franco-allemand

Organisation: Maike Schmidt (Universität Leipzig, Lehrstuhl für Geschichte der Frühen Neuzeit) und Laurent Jalabert (Université de Lorraine, CRULH, Nancy) in Kooperation mit dem Frankreichzentrum der Universität Leipzig

Conférence inaugurale : Andreas Rutz (Dresden)

Le colloque qui se tiendra à Leipzig ne cherche pas à reprendre en détail le débat autour des « frontières naturelles ». Son but est plutôt d’examiner les liens multiples entre des espaces naturels spécifiques, à savoir les eaux, les forêts et les montagnes, et l’organisation de l’espace politique en tenant compte des processus multipolaires de la formation et de la contestation des frontières qui y sont liés. La manifestation se propose d’engager une perspective de longue durée portant l’attention sur les pratiques et les agents, de la première modernité aux débuts de l’époque contemporaine. D’une part, cette perspective permet d’appuyer les continuités et mutations en rapport avec l’idée de la « naturalisation » de l’espace qui, malgré sa continuité, put paraître – déjà – démodée au XIVe siècle, comme l’implique une source westphalienne argumentant pour la prise en compte de la langue (Stauber/Akashi 2019). D’autre part, elle permet d’examiner de plus près les grandes ambivalences entre le discours et la pratique, tensions qui semblent se manifester de manière particulièrement intense à l’époque de l’essor de l’État moderne. Avec le besoin accru de clarifier les zones de contact, d’optimiser les revenus du territoire, de contrôler les mobilités et d’améliorer les infrastructures fluviales et routières à des fins économiques, on notera la nette augmentation des pratiques s’approchant, implicitement ou explicitement, des « limites naturelles ». Ainsi, on rediscutera la notion des « natural frontiers revisited », émise par Peter Sahlins (Sahlins 1990), rappelant les tentatives des commissaires aux limites de réaliser sur une échelle très locale une purification de la frontière-ligne dans l’Est dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, menant aux traités avec des « petits » Etats d’Empire, dont est entre autres issue une partie de l’actuelle frontière franco-allemande sur la Sarre et la Blies.

Le programme détaillé est téléchargeable dans la colonne de droite.

Contacts

Maike Schmidt (Universität Leipzig) maike.schmidt@uni-leipzig.de
Laurent Jalabert (CRULH-UL Nancy) laurent.jalabert@univ-lorraine.fr

Date

-

Lieu

Universität Leipzig (Vortragssaal Bibliotheca Albertina)

Documents

Programme
Publié le 11/09/2020