Scènes de l'ailleurs. Construction et déconstruction spatiale de l’altérité culturelle au théâtre, entre éthique et esthétique

Depuis une dizaine d’années maintenant, un regain d’intérêt est manifeste dans les arts de la scène pour les contacts de culture, du traitement de la migration aux nombreux travaux sur les mémoires de l’exil, du développement des projets participatifs interculturels à l’investissement de la scène dans une approche explicitement postcoloniale. Au cœur de tels projets se pose la question, située au croisement de l’éthique et de l’esthétique, de la représentation de l’altérité culturelle, le terme étant compris dans son double sens : celui de la construction d’une image de « l’Autre », mais aussi celui de la prise en charge de sa parole. Le colloque « Scènes de l’ailleurs » se propose de l’approcher sous l’angle de l’espace, à la fois constitutive de toute réflexion sur les contacts de cultures et des arts de la scène eux-mêmes.

Toujours politique, l’espace peut être commun à des communautés culturelles diverses, mais son accès peut être l’enjeu d’un triage des « nouveaux arrivants » ; Il peut être celui de l’origine, à la fois fui et perdu ; il peut être à venir et chargé d’espoir. Certains espaces clos (camps, centres d’accueil) sont soustraits à l’espace public et deviennent des « hors-lieux » ; d’autres sont lieux de refuge, où faire cas de l’Autre n’est plus synonyme de sélection, mais de soin.

Or parce que le théâtre peut fondamentalement se définir comme l’art de la coprésence physique dans un lieu donné d’acteurs et de spectateurs (Erika Fischer-Lichte), il est aussi celui d’une démultiplication des espaces : espace dramatique du texte ; espace scénique, où agissent les corps ; espace du public, dont la frontière peut être confirmée ou remise en cause ; hétérotopie, en ce qu’il « fait succéder sur le rectangle de la scène toute une série de lieux qui sont étrangers les uns aux autres » (Michel Foucault).

La pertinence de l’espace comme entrée est du reste confirmée par l’actualité artistique elle-même. Ainsi, de nombreuses productions récentes abordent la question de la mise en contact des cultures à travers le motif du déplacement (des corps, des individus, des peuples) : parmi de nombreux autres travaux d’envergure (qui ont eux-mêmes largement circulés), on peut penser à En transit, d’Amir Reza Koohestani (2021), l’Europa-Trilogie de Milo Rau (2014-2016), Le présent qui déborde – notre Odyssée II de Catherine Jatahy (2019). Par-delà la visibilité de telles réalisations, il faut aussi évoquer l’actualité des formes participatives dont le caractère interculturel et collaboratif est censé, dans le sens d’une éthique de la création, permettre de dépasser le dualisme sujet créateur vs. objet de la création.

L’objectif du colloque, organisé dans le double cadre du projet « Coprésences dramatiques, théâtrales et sociales : (Dé)constructions de l’altérité culturelle dans les arts de la scène (XXe-XXIe siècles) » au Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherche sur l’Allemagne (CIERA), et de l’Institut Thématique Interdisciplinaire Lethica, sera donc d’articuler ces espaces politiques et ces espaces théâtraux où s’élaborent et se dépassent les représentations d’une prétendue altérité.

Programme

Le programme est téléchargeable dans la colonne de droite.

Contact

behague@unistra.fr

Publié le

Date

-

Lieu

Salle de conférence de la MISHA
5 allée du Général Rouvillois , Strasbourg

Documents

Programme